Nous sommes tous tombés dans le panneau. Tous pris au piège de cette molécule soit disant indispensable à notre organisme, produit incontournable de notre alimentation : LE SUCRE!

Il est vrai que le sucre est la source d’énergie pour notre corps et surtout notre cerveau. Or, ses sources naturelles sont  les fruits et les féculents. Et pourtant, nous ne sommes pas satisfaits de cette réponse. Pourquoi ? Parce que dans l’esprit collectif quand on parle de sucre, on parle de pâtisseries, de biscuits, de bonbons, en somme de sucre transformé.

Quel est l’effet du sucre sur le cerveau ?

Le sucre apporte un sentiment de bien-être et de satisfaction. En effet, lorsque l’on mange du sucre, les récepteurs sensoriels du goût sucré au niveau de la langue sont activés. Ils agissent sur le cerveau en activant le système de la récompense en libérant de la dopamine.

Les scientifiques nous alertent car stimuler trop fréquemment ces connexions entrainent l’accoutumance. Un autre système se met en place, celui de la dépendance, des envies irrépressibles de sucre. L’addiction s’installe. Le cerveau ne reconnait plus la récompense et remplace le besoin par la notion d’indispensable. Le cerveau qui a besoin de sucre pour bien fonctionner se met justement à mal fonctionner, les capacités intellectuelles sont affectées, l’apprentissage aussi.

Des études ont aussi montré que la sécrétion importante d’insuline entraine des effets négatifs sur le cerveau.

Des sensations de dépression et de stress ont été documentés. Vous pouvez comparer le sucre à la cigarette. On connait tous le manque des fumeurs lors d’un long vol en avion ou la fin du paquet de cigarettes à 23H lorsque tous les tabacs sont fermés. Pour le sucre, c’est pareil. L’envie de chocolat la nuit et la station essence va sauver la soirée.

De plus, pour qui est accoutumé du sucre, les hypoglycémies et les coups de fringales sont fréquentes. La personne devient irritable, irascible, changeante d’humeur en quelques secondes. C’est un enfer pour elle et son entourage.

Le sucre a aussi d’autres effets négatifs. Récemment des études américaines ont montré la corrélation entre hyperglycémie et maladie d’Alzheimer. Vous avez connaissance des maladies cardio-vasculaires, de l’obésité et du diabète que l’on découvre à l’âge adulte même chez des sujets minces.

Voici donc mes 3 principes simples pour se défaire du sucre

1. Le sevrage se fait pas à pas. Je vous propose de remplacer la consommation de sucre raffiné par des édulcorants. Sodas « sans sucre » et desserts « sans sucre ». La glycémie pourra être plus facilement contrôlée et votre besoin de goût respecté.

2. Diminuer les doses progressivement. Toutes les semaines, je vous propose de faire un effort pour baisser la dose dont vous avez besoin. Vous donnez une nouvelle ration à votre corps. Faites-vous un programme sur un mois jusqu’à disparition quotidienne de la consommation de sucre. Il peut rester la sucrette dans le café, et ça s’arrête là.

3. S’octroyer des plaisirs. Hors de question de flancher et revenir en arrière. Il faut vous faire ce que j’appelle des « cadeaux ». Vous vous octroyez le plaisir du gâteau de façon occasionnelle. C’est seulement ainsi que vous pourrez continuer à respecter votre nouvelle façon de vous nourrir.  

Je vous souhaite bon courage. En appliquant mes conseils, vous verrez que le sevrage n’est passi contraignant.

Pour toutes vos questions et vos doutes, diabetcontrol.com est là pour vous soutenir et vous aider.

Dr Audrey Levy