Sushis, makis, sashimis… Les préparations à base de poissons crus sont réputées diététiques. Mais savez-vous ce qu’il se cache derrière ces recettes dites diététiques ?

« Patrimoine immatériel » de l’Unesco depuis à peine plus d’un an, la cuisine nippone s’est démocratisée depuis plus de 20 ans. Les vertus sont plébiscitées par l’image des habitants de l’île d’Okinawa, l’île des centenaires. Toutefois on ne peut affirmer que ces petites bouchées délicieuses et fantastiques sont exemptes de calories. Les recettes ont été adaptées à nos papilles, nos besoins en gras et sucre. D’après vous, existe-t-il vraiment de la mayonnaise dans la cuisine traditionnelle  nippone ? Les origines de la mayonnaise remontent à la prise de Mahon, capitale de Minorque (Baléares, Espagne) en 1756, durant la Guerre de Sept ans par Le maréchal de Richelieu. Au japon, elle a été introduite par Monsieur Toichiro Nakashima en 1925, suite à ses nombreux voyages aux Etats-Unis. Depuis il est vrai que sa popularité ne cesse de s’intensifier. Ce produit âgé de moins de 100 ans ne peut être considéré comme faisant partie de la tradition.

Ce qui, en revanche en fait partie, est l’ »hara hachi bu » : manger moins pour vieillir mieux. En d’autres termes, toujours quitter la table sans être rassasiés. Vous conviendrez que c’est le contraire de nos habitudes. De plus, sans exercice, nous grossissons et certains en deviennent diabétiques.

Les bienfaits des sushis, sashimi et makis

A base de poissons gras (thon, saumon, anguille, sardine) ils sont une source de protéines et Oméga-3 essentiels à nos artères et au fonctionnement de notre cerveau. Les feuilles d’algues nori, qui entourent les makis, sont aussi une source d’iode nécessaire à la production des hormones par la thyroïde. Le riz fournit, quant à lui, des sucres complexes.

Mais ce n’est pas tout rose

–Le riz gluant des bouchées a un IG élevé (supérieur à  75) car il est trop cuit. Le riz est cuisiné avec du sucre et /ou du vinaigre de riz. L’ensemble fait augmenter les calories, l’IG aussi. Sachez que 6 makis californiens ( ce n’est pas très japonais comme nom…) contiennent 300Kcal. C’est énorme ! L’idéal serait de faire des sushis au riz complet mais je doute franchement que les restaurants le proposent.

–L’omelette japonaise a cette texture souple et ferme à la fois à cause du sucre ajouté dans la préparation.

–La délicieuse sauce soja est sucrée. D’après vous, vous pouvez la manger ? Je ne crois pas.

–La salade de chou est très bonne. Personellement je l’adore. Le chou est mariné dans du sucre.

— Les petites boules coco  en fin de repas sont juste une boule de sucre.  Ne vous approchez pas des desserts! Vous vous retrouverez avec votre glycémie beaucoup trop haute.

Y a-t-il une solution ?

Il y a toujours une solution. Chaque problème a une solution. Mais va-t-elle vous plaire ? Faites vos sushis vous-mêmes.

C’est simple, facile et ludique. Un moment à partager en famille ou entre amis ou une idée pour les épater.

Toutes les recettes peuvent se revisiter et s’adapter pour satisfaire les diabétiques. Ceux qui me suivent le savent.

Pour toutes vos questions et vos doutes, diabetcontrol.com est là pour vous soutenir et vous aider.

Dr Audrey Levy