Contre toute attente et tout préjugé, les japonais doivent se mettre au régime. Non qu’ils soient devenus obèses, si on en croit les chiffres, mais parce que le nombre de diabétiques a explosé ces dernières années. En effet, il est passé de 6,9 millions à 8,9 millions en dix ans.

Je vais vous surprendre, mais je trouve que dans nos pays nous devrions nous inspirer du modèle japonais pour contrôler cette « épidémie ».

La réaction du gouvernement japonais

L’archipel compte moins de 4% de sa population d’obèses, contre près de 30% aux Etats-Unis, plus de 23% chez nous. En nombre, cela fait beaucoup de monde tout de même.

Le pays de la minceur, de l’équilibre alimentaire, de la diététique que le monde entier admire, doit revoir son jugement. Le pays dont le style de vie et la cuisine a été classée au patrimoine immatériel de l’UNESCO est victime de la mondialisation. Ce fléau qui prend le nom de « malbouffe » (Fast Food, ou produits industriels), déferle sur l’archipel et remplace petit à petit la nourriture saine nippone.

Alors le gouvernement a réagi.

« Prévenir plutôt que guérir » , tel est le mot d’ordre du gouvernement japonais.

    • Mesure du tour de taille obligatoire.
    • Programme nutritionnel, payé par les entreprises, avec abonnements à des clubs de sport à prix réduit et des régimes personnalisés. Tout ceci, pour être dans les normes imposées par le Ministère de la Santé. Les entreprises qui dérogent à la règle doivent d’ailleurs payer une amende reversée à un programme d’aide aux personnes âgées.

L’état contrôle votre poids en prenant le taureau par les cornes. Il oblige la population de se mettre au régime.

Est-ce une façon de responsabiliser ou d’assister encore plus la population ?

On a vu ce que cela a donné dans notre pays avec les campagnes « 5 fruits 5 légumes ». La prévention passe par l’éducation et le dialogue. Or, le constat est assez décevant. Les chiffres, chez nous, sont en constante augmentation. La population ne prend pas conscience du danger, ne se responsabilise pas et ne responsabilise pas ses enfants.

Est-ce par là un moyen de contrôler la population ?

Je ne rentrerai pas dans ces considérations. Je suis une dictatrice de la bonne santé et j’y vois un moyen de protéger la population ainsi que de canaliser les dépenses de santé liées aux complications. Il n’y a pas que les maladies cardio-vasculaires ou le diabète comme complications.  La liste est exhaustive et le but n’est pas de faire peur mais de faire prendre conscience des limites de votre corps. Le mieux étant de le respecter.

Ainsi, si la solution est de rendre, dans une certaine mesure, illégale le surpoids pour responsabiliser la population, faire diminuer la survenue du diabète et protèger la population, cela ne me choque pas.

Prendre exemple…

Laissons voir avec le temps si leur méthode, non répressive, mais sans autre choix alternatif, marche. Le gouvernement a mis a disposition de la population des cours en plein air d’aérobic, de gymnastique, de danse et de yoga. Tout est  mis en place pour inciter le peuple à se bouger et cesser de procrastiner. Des appareils de musculation sont aussi mis gratuitement dans les parcs .

Alors oui, qu’attendons-nous pour en faire autant ?Je ne pense pas que le coût en soit  exorbitant. Je pense surtout nous pouvons et nous devons nous le permettre !

Le goût de l’esthétique, le « syndrome métabo » (syndrome métabolique) prend de l’ampleur au pays levant. On verra d’ici quelque temps si cela porte ses fruits.

Une aide supplémentaire…

L’état ne peut s’occuper de tout et ce n’est pas son rôle. Il ne peut réconcilier la personne avec la nourriture. Il s’agit, en effet, de vous réconcilier avec la nourriture ! Il ne peut prendre en charge chacun d’entre vous, faire un cas par cas avec un suivi psychologique et un coaching alimentaire personnalisé. Les gouvernements cherchent des solutions, mais c’est à vous de faire ce travail.

Je peux vous aider car c’est le but de diabetcontrol. Un programme de rééducation nutritionnelle à visée diabétique, qui peut aussi intéresser ceux qui ont à perdre du poids . Un programme également valable pour prévenir son diabète.

Je suis là pour vous aider. N’hésitez pas à me solliciter. Une question, un doute, parlons-en : diabetcontrol.com est là pour vous soutenir.

Dr Audrey Levy