Lors d’une grossesse le diabète se décompense souvent. La gestion est un peu ardue car les besoins nutritionnels augmentent, les changements hormonaux influent sur le diabète et la prise médicamenteuse en est perturbée.

Après l’accouchement se pose le problème de l’allaitement. La peur des yoyos glycémiques peut freiner beaucoup de femmes. Comment faire si vous tenez bébé et qu’une hypoglycémie survient ? La fréquence des tétées peut vous provoquer ces hypoglycémies et entre les deux vous ne vous êtes pas forcément alimentées ou contrôlées avec un dextro.

Je comprends.

Il est vrai aussi que l’allaitement peut vous demander de tels efforts, que votre alimentation s’en trouve dérèglée au point d’être en hyperglycémie beaucoup trop souvent voire constamment. Attention ! Non seulement c’est mauvais pour vous mais c’est aussi mauvais pour bébé !

En ce qui vous concerne, il faut savoir que l’hyperglycémie retarde la montée de lait post-partum et rend difficile le démarrage de l’allaitement. Elle augmente le risque de crevasse. Leur apparition est quasi automatique dans le cas d’hyperglycémies prolongées. La crevasse est une plaie, dont le processus de cicatrisation est long. Chez une femme diabétique en hyperglycémie régulière ou constante, c’est une souffrance, une source d’infection et un casse-tête sans fin.

En ce qui concerne bébé, il semblerait qu’une hyperglycémie au moment de la tétée ait un impact négatif sur lui. En effet, l’exposition à trop de glucose en début de vie pourrait avoir un impact significatif sur la prise de poids et la régulation de l’appétit par la suite. Il a été constaté que ces enfants seraient très souvent en surpoids dès l’âge de 2 ans. Ce qui donne à réfléchir sur les complications précoces dans leur vie future…

Comment faire alors ?

Il n’y a rien de bien compliqué en soi. Tout est une question d’organisation. Alors oui il faut être organisée.

  • Contrôle de la glycémie. Forcez-vous à contrôler plusieurs fois vos glycémies par jour !! Et je ne parle pas de simplement 3 fois !

L’allaitement c’est vraiment prenant. Alors au début, tout du moins, faites un dextro avant et après une tétée.

Ainsi vous ajusterez votre alimentation et votre thérapie. Puis une fois les choses réglées, vous pourrez passer à 3 contrôles par jour voire moins.

  • Les courses. Prévoyez un encas à prendre rapidement en cas d’hypoglycémie majeure. Une nuit plus difficile qu’une autre, un repas sauté pour n’importe quelle raison et voilà la catastrophe.

Nous sommes en période de Covid, de couvre–feu, peut-être un nouveau confinement. Vous devez être prévoyante. La meilleure arme en temps normal, ce sont les jus de fruits frais. Mais pas en cas d’allaitement car cela peut provoquer des coliques chez bébé. Nous devons faire exception, je vous conseille les gâteaux et fruits secs. Contrôlez les étiquettes et essayez de limiter les apports en glucides.

J’ai découvert récemment que les confections de fruits secs contenaient du sirop de glucose…

Quel intérêt ?? Je ne comprendrai jamais. Je sais juste l’effet négatif sur la santé. Alors soyez vigilantes car on en trouve des naturels, sans sucre inutile ajouté.

  • Dormez aussi souvent que possible. En général on dit : dormez quand bébé dort. C’est vrai !

On coupe la télévision et le téléphone. Si vous pouvez vous reposer, vous ferez moins d’hypoglycémie. Vous contrôlerez mieux votre glycémie.

  • Faites-vous aider par votre mari, votre compagnon, votre famille, des ami(e)s le plus possible pour vous reposer.
  • Si vous êtes en hyperglycémie, pensez à faire une petite marche avec bébé. En plus l’air repose bébé, un peu de calme fait du bien à tout le monde.

Allaitement 3/6/9 mois ou plus… à votre guise et vos possibilités. Quoiqu’il en soit, la glycémie fluctuera avec vos besoins en énergie. Les nuits blanches, les dents, un rhume vous rendent sujettes aux hypoglycémies et à manger plus. L’histoire du yoyo se répète. Voilà pourquoi je vous préconise un contrôle assidu.

C’est pénible ! Je m’en rends compte.

Avez-vous le choix? Non, pas vraiment.

Combien de temps cela va-t-il durer ? Quelques mois, alors ne flanchez pas.

L’allaitement en vaut la peine, pour bébé et pour vous.

Il peut être une source de plaisir et un moment de partage avec bébé. Il est la continuité du lien intra-utérin avec bébé. Vous en avez tous les deux besoin.

Je suis là pour vous aider dans la réalisation de cette étape avec votre enfant.

Pour toutes vos questions et vos doutes, diabetcontrol.com est là pour vous soutenir et vous aider.

Dr Audrey Levy