Les 10 bonnes résolutions anti-diabète pour l’année 2021

Les 10 bonnes résolutions anti-diabète pour l’année 2021

L’année 2020 est enfin passée. Ce fut une année difficile pour tout le monde. Le déconfinement nous a permis de retrouver les nôtres et de fêter avec eux le début de 2021.  Peut-être que certains n’avaient pas le cœur festif, mais que d’autres en ont profité pour se laisser aller aux plaisirs de la table. L’abus de gourmandise a eu raison de vos glycémies. Il est temps de retourner à la normale et de prendre de bonnes résolutions pour cette nouvelle année.

Mes10 recommandations essentielles

1- La fin du yoyo des glycémies.

Cette année c’est décidé, vous en finissez ce cercle infernal. Vous adopter un changement alimentaire qui vous permette de vivre et manger avec plus de sérénité et sans ressentir de frustration. Vous devez avoir une alimentation variée, riche en fibres et contrôlée en apport glucidiques. Apprenez à composer vos menus en fonction des indices glycémiques des aliments. Ils sont classés par couleur : vert tout est permis, orange de façon modérée, rouge de façon occasionnelle. Je n’interdis aucun aliment à mes patients. En revanche, je leur apprends à faire les bonnes associations.

 Il vous faut aussi limiter l’apport en lipides et cholestérol pour prévenir l’apparition de la plaque d’athérosclérose.

2- Perdre du poids.

Il est aujourd’hui démontré scientifiquement que la perte de poids réduits l’insulino-résistance, améliore l’activité de sécrétion insulinique du pancréas, réduit le diabète et la prise médicamenteuse par conséquent. La perte de poids diminue par la même occasion l’hypertension artérielle.

3- La pratique régulière d’un sport.

La marche intensive ou la course à pied, la gymnastique encadrée, tout sport est une aide essentielle, voire une prescription médicale à suivre pour avoir des glycémies dans la norme et se permettre de temps à autre des friandises.

La marche est votre meilleur médicament après un repas trop riche en glucides.

4- Contrôle régulier des glycémies.

Ne restez pas sur vos acquis et ce que vous pensez avoir comme taux de sucre dans le sang. C’est ainsi que votre glycémie s’élève de façon silencieuse et reste haute tout au long de la journée. A long terme, votre organisme s’est habitué aux valeurs élevées, les complications s’installent à votre insu.

5- Bien suivre les prescriptions médicales.

Reprenez votre traitement comme prescrit par votre médecin. Lors des fêtes, vous avez tendance à l’oublier. Les repas sont longs. Vous êtes dérèglé. Vous avez naturellement tendance à sauter des prises médicamenteuse.  Retrouvez une régularité dans vos repas et votre quotidien, vous n’oublierez plus votre traitement.

6- Arrêter de fumer.

Effectivement, il est temps de vous défaire de cette addiction. Passé les 45 ans vous mettez réellement votre santé en péril de complications. Je pense notamment à l’infarctus du myocarde, pour ne citer que la moins pire. Faites-vous aider par un psychothérapeute et des séances d’hypnose.

7- Planifiez vos rendez-vous médicaux.

Vous savez que les délais d’attente peuvent être très longs. Prenez vos dispositions. Votre santé n’attend pas. Notez toutes vos questions à poser à votre médecin, il est là pour vous répondre.

8- Informez-vous.

Vous avez été nouvellement diagnostiqué. La bonne démarche est de vous renseigner le plus possible sur votre maladie, ses complications, la manière d’éviter le yoyo de glycémie. Vous devez être accompagné de votre entourage car cette maladie concerne toute la famille à présent.

9- Faites-vous plaisir.

Vous ne devez pas vivre dans la frustration ou la peur des complications. Vous pouvez tout faire avec votre diabète.

10- Gardez les gestes barrières.

Nous sommes toujours en pleine pandémie Covid-19. Les campagnes de vaccinations ont commencé mais nous devons tous rester prudents. Vous êtes porteur d’une maladie chronique à risque de graves complications. Ne l’oubliez pas.

Le diabète n’est pas une fatalité mais une façon de vivre.

Je vous souhaite à tous une excellente nouvelle année 2021. Que l’amour, la SANTE et la sérénité rayonnent dans votre vie et celle de vos proches. Je vous souhaite à tous de sortir de cette période sombre entachée par ce virus.

Ma résolution est celle d’être encore plus à votre écoute au travers de diabetcontrol. Ma priorité : vous aider à trouver une hygiène de vie normale en toute liberté.

 

Dr Audrey Levy

 

Les 6 astuces pour  profiter d’un apéritif entre amis

Les 6 astuces pour profiter d’un apéritif entre amis

La photo est alléchante : du vin, du fromage, des biscuits salés apéritifs et du miel.

Oui mais, vous êtes diabétiques. Tout cela vous est, à priori, interdit… Pas tout à fait, de mon point de vue. Je le répète et le répèterai inlassablement :

Tout est une question d’association des aliments.

Imaginez que vous soyez invités chez des amis pour dîner. Vous ne connaissez pas le menu prévu et vous ne pouvez donc pas adapter votre prise médicamenteuse avant d’y aller.

S’offrent à vous plusieurs solutions :

  • « Ce n’est pas grave pour une fois, ça ne portera pas à conséquence… » Faux ! Ceux qui pensent ainsi, font des excès à longueur de temps. Toutes les occasions sont considérées comme ponctuelles, et en réalité, il y en a tous les jours !
 
 
  •       Vous n’y allez pas. « A quoi bon, je ne peux rien manger ». Hors de question ! La vie sociale est importante pour l’équilibre mental. Donc on trouve la solution ensemble.
  •      Vous vous privez de presque tout en prétextant votre diabète. Vous passez une soirée sympa mais au final assez frustrante. Là, aussi je n’y suis pas favorable. Il y a des solutions simples pour que ces soirées soient justement des moments de plaisir.

 

Prenons l’exemple de la photo. Il y a du vin, du miel, des biscuits secs, des noix, du fromage, et du raisin. En somme, beaucoup trop d’aliments à IG élevé.

 

Quelles sont mes astuces ?

 

    1.    Demandez, en arrivant discrètement, quel est le plat de résistance ? Vous pourrez mieux contrôler votre apéritif ainsi.

Le dessert est, en général, une glace ou un gâteau. Je pense que faire l’impasse vous sera salutaire. Vous pouvez prétexter ne plus avoir faim, ou tout simplement dire que ce n’est pas raisonnable pour votre santé. Tout le monde comprendra.

     2.    Il y a toujours des aliments à IG bas, choisissez-les de préférence. Le but du jeu est de ne pas toucher aux aliments à IG élevés, surtout, si vous ignorez le plat de résistance.

    3.    Vous connaissez votre menu, équilibrez l’IG du plat de résistance avec l’apéritif. Le plus simple est de vous accorder 1 ou 2 amuse-gueules à IG modéré pour vous faire plaisir.

     4.    Préférez les noix et autres fruits oléagineux, surtout s’ils sont grillés, natures, sans sirop ou mélangés avec des raisins secs. Sachez que les confections mélangées sont remplies de sucre.

     5.    Optez pour le choix de protéines (poisson de préférence) et de fibres. Evitez le pain sauf s’il est aux céréales (source de fibres). En ce qui concerne la charcuterie, elle sera l’opportunité de la semaine. Vous devez faire attention aux apports de gras et de cholestérol.

    6.    Le cocktail, les boissons sont un dilemme. Prétextez vouloir boire votre verre de vin pendant le repas, c’est largement suffisant pour vous faire passer une éventuelle frustration. Il est difficile de ne boire que de l’eau, je le conçois. Mais plus d’un verre d’alcool, n’est pas recommandé.

 

Une fois rentrés de votre soirée,

ayez le réflexe de contrôler votre glycémie avec un dextro.

 

    –  Votre glycémie est haute ? Si vous avez le courage, vous pouvez faire une marche et tout rentrera dans l’ordre. Sinon ce sera le lendemain. Le but est de contrôler votre glycémie de façon pérenne en adoptant une hygiène de vie telle, que vous n’aurez à souffrir des complications de cette maladie. 

    –   Votre glycémie est dans la norme ou légèrement haute. Je vous félicite !! Bravo !! Vous avez gagné et ce qui est acquis est pour toute votre vie ! 

Je suis là pour vous aider à avoir les bons réflexes. Je souhaite que vous viviez normalement avec votre maladie. Mon but est de vous montrer que vous pouvez profiter de tout, sans frustration mais en contrôlant, simplement ce que vous mangez.

 Un doute, une question, je suis là pour y répondre. Parlons-en : Diabetcontrol est là pour vous soutenir.

 

Dr Audrey Levy

        

Menu de fêtes de fin d’année 2020

Menu de fêtes de fin d’année 2020

Nous voilà à nouveau déconfinés, prêts à faire nos achats de fin d’année.

En cette période difficile, il est important de se retrouver en famille, et entre amis. Les rapports humains, avec ceux qu’on aime le plus, sont à privilégier. N’est-ce pas, après tout, le véritable esprit de Noël ?

En cette fin d’année 2020, un menu, plus traditionnel que l’an passé.

Apéritif

En guise de boisson, essayez un cocktail non alcoolisé. Si vous décidez de ne pas boire votre verre de vin pendant le repas, alors concédez-vous la gourmandise de la coupe de champagne.

Cocktail à base de sirop sans sucre

Présentez avec des fruits frais sur un pic en décoration. Mariez les couleurs avec les sirops.

J’aime beaucoup le sirop d’orgeat mélangé avec celui de menthe. Un peu de jus de citron pour relever le goût. De la glace pilée au fond du verre, de l’eau plate ou pétillante, le tour est joué. Un vrai délice et très insolite !

Guacamole accompagné de crackers de socca.

Facile à préparer le guacamole est permis.

Ingrédients

  • 1 avocat
  • 1 tomate
  • 1 gousse d’ail
  • sel, poivre, piment à votre convenance
  •  

Préparation

Epluchez l’avocat. Dans un bol, écrasez–le à l’aide d’une fourchette. Puis mélangez de façon un peu énergique avec la gousse d’ail hachée et la tomate coupée en petits dés. S’il reste des morceaux ce n’est pas un souci. Sel, poivre. Un peu piment éventuellement pour les sensations fortes. C’est prêt.

Pas de tacos industriels, mais des crackers de socca faits maison.

La socca est une spécialité de Nice. C’est une pâte de pois chiches passée au four. Pour en faire des crackers, il suffit de mettre peu d’eau dans la préparation pour que la pâte soit solide et non liquide.

Ingrédients

  • 200 g de farine de pois chiches (IG 35)
  • 25 cl d’eau
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • sel, poivre
  •  

Préparation

Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients et pétrissez. Sur du papier sulfurisé, étalez la pâte avec un rouleau à pâtisserie. L’épaisseur doit être d’environ 2 mm. Une fois étalée, coupez les crackers selon la dimension souhaitée. Placez au à 180 degrés, pendant 20 minutes environ. Eteignez et laissez encore 5 minutes de plus, si vous souhaitez des crackers vraiment croquants.

Entrée

Clafouti de légumes sur feuille de parmesan

  • Pour le clafouti

Optez pour des légumes de saison. Il y a le chou romanesco, les lentilles, le potimarron, les châtaignes, les noisettes, la liste est longue.

Je vous propose une recette avec des noisettes et des lentilles.

Ingrédients

  • 2 œufs
  • 30 g de maïzena
  • 1 à 2 tomates
  • noisettes concassées
  • 100 g de lentilles cuites (IG 30)
  • 200 g fromage de chèvre frais
  • huile d’olive
  • sel, poivre, coriandre
  •  

Préparation

Concassez les noisettes et faites les brunir dans une poêle.  Ajoutez les lentilles que vous aurez faites cuire au préalable. Salez et poivrez. Faites revenir avec la coriandre. Couvrez quelques minutes.

Dans un saladier mélangez les œufs et la maïzena, mélangez avec le fromage de chèvre frais que vous aurez d’abord écrasé.

Incorporez la préparation les noisettes.

Préchauffez le four à 200 degrés. Faites cuire pendant environ 20 minutes dans un moule.

  •   Pour les feuilles de parmesan

Les feuilles de parmesan se préparent au four à 200 degrés. Déposez sur du papier sulfurisé 1 cuillère à soupe de parmesan râpé et étalez avec le dos de la cuillère. Passez au four, pendant 4 à 5 minutes, le fromage fond et la feuille se forme ainsi.

Plat de résistance

Canette aux marrons et à l’orange.

Ingrédients

  • 1 canette
  • 1 jus d’orange fait avec 2 ou 3 belles oranges.
  • 2 à 3 oranges
  • 3 à 4 marrons par personne
  • 3 à 4 gousses d’ail
  • 1 cuillère à café cannelle en poudre
  • Huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de farine
  • Sel, poivre
  • légumes de saison cuits dans un wok encore croquants
  •  

Préparation

 Pour la préparation prenez-vous au moins 12 heures à l’avance afin que la canette ait le temps de mariner. Préparez votre jus d’orange et mélangez-le avec la cannelle, les marrons, et les gousses d’ail. Posez la canette dans un plat et badigeonnez-la de marinade. Couvrez d’un film étirable et réservez 12 heures au frigidaire en la retournant de temps en temps.

Préchauffez votre four à 200 degrés, et faites-la cuire pendant 50 minutes environ. Une fois cuite, tenez-la au chaud recouverte d’un papier aluminium.

Dans une casserole, versez le jus et portez à ébullition. Ajoutez la cuillère de farine et fouettez énergiquement. La consistance devient crémeuse. Si vous n’avez pas assez de sauce, rajoutez un jus avant de mettre la farine.

Au moment de servir, coupez votre canette. Découpez les oranges en quartiers et retirez la peau. Placez les oranges, les marrons et la canette dans le plat. Nappez avec la sauce. Vous servirez avec les légumes revenus au wok avec un peu d’huile d’olive, dans un plat à part.

Dessert

Pour finir ce beau repas de fêtes, un dessert léger s’impose.

Un millefeuille de fruits et une glace citron sans sucre.

  • Pour le millefeuille

Vous choisirez des fruits à bas IG. Vous avez les agrumes avec en tête le pamplemousse (IG 25), les grenades (IG 35), fruits de la passion (IG 30), les pommes (IG 38).

Ingrédients

  • 1 pamplemousse
  • 1 pomme
  • 1 grenade
  • 1 cuillère à soupe de fleur d’oranger
  •  

Préparation

Sur une feuille de papier sulfurisée, déposez les pommes que vous aurez d’abord coupées en lamelles de 2 mm d’épaisseur. Le four est préchauffé à 200 degrés. Enfournez pendant 15 minutes. Elles doivent se caraméliser.

Prenez les pamplemousses et découpez en lamelles. Epluchez la grenade. Dans un saladier mettez à mariner le pamplemousse et la grenade avec la fleur d’oranger pendant 1 heure.

Avant de servir, faites en sorte de disposer les tranches de pommes et de pamplemousse en étage. Parsemez avec les grenades et le jus de fleur d’oranger.

  • Pour la glace citron

Ingrédients

Préparation

Épluchez et coupez les citrons en petits morceaux. Placez au congélateur 3 heures. Sortez les citrons du congélateur et mixez-les avec le fromage blanc et la stévia.

Au moment de servir,  placez votre millefeuille dans une assiette, la boule de glace à côté.

Bon appétit !!!

Ces fêtes seront peut-être différentes  avec ce virus, la crise économique qui va en découler, les distances sociales qu’il va falloir respecter. Mais la joie doit en faire partie quoiqu’il arrive.

Contrôlez votre glycémie après la fin de votre repas. Si elle est haute prenez votre courage à deux mains et sortez faire une bonne marche. Vous aurez joué de sécurité dans tous les domaines. Restez bien vigilants pendant les fêtes !

Il faut profiter du moment présent, en se protégeant pour  un avenir. N’est-ce pas ce que j’essaye de vous transmettre comme message avec mon site ?

Passez de bonnes fêtes, faites attention et prenez soin de vous !
 

Dr Audrey Levy

L’Allaitement, le Covid-19 et le Diabète en quelques questions/réponses

L’Allaitement, le Covid-19 et le Diabète en quelques questions/réponses

Les mots me manquent pour qualifier l’année que nous vivons. Les mots me manquent pour décrire ce que chacun d’entre nous supporte.

J’ai donné naissance à  ma fille juste avant le premier confinement. Je suis médecin et j’étais remplie d’angoisse, pour elle, pour moi, pour ma famille.

Je suis asthmatique, je fais partie de la population à risque. Vous êtes diabétiques, vous faites partie de la population à risque.

Aujourd’hui, bien qu’il y ait ce nouveau confinement, nous avons plus de données et de recul sur ce virus.

Voici les réponses aux questions les plus courantes qui me sont posées.

Puis-je allaiter alors que je suis diabétique ?

La réponse est sans aucun doute : OUI !

Donner naissance à un enfant dans notre monde actuel est une grande responsabilité. C’est une joie immense, mais aussi une source de stress intense. Les hormones nous faisant changer d’humeur à tout instant, il peut être difficile de se canaliser. La fin de grossesse est pour beaucoup compliquée et la mise en place de l’allaitement un vrai casse-tête.

Pour une femme diabétique, c’est encore plus kafkaïen. La glycémie joue au yoyo.

Ne cédez pas à la panique, clamez-vous. Vous êtes à l’hôpital ou dans une clinique, donc dans un milieu sécurisé, entourée de professionnels, où tout le monde est là pour vous rassurer et vous aider. Utilisez cette période pour vous poser et prendre des repères. Je vous incite à lire mon article : Allaitement et diabète. J’y décris quelques règles à suivre.

Puis-je allaiter mon enfant si je suis porteuse du covid-19 ou si je suis malade ?

Voici une bonne nouvelle qui j’espère vous rassurera. En effet, selon l’OMS, aucun virus vivant n’a été retrouvé dans le lait maternel à ce jour. Seuls des fragments du matériel génétique du virus ont pu y être détectés, sans conséquence sur l’allaitement et le nourrisson.

Il semblerait aussi que ce virus soit essentiellement transmis par les voies respiratoires et non par la peau. Vous pouvez donc allaiter votre enfant en toute tranquillité.

Un geste simple et précautionneux est aussi de vous laver le mamelon au savon. Evitez le gel hydro-alcoolique, si vous avez des crevasses ou une irritation de la peau, vous allez avoir mal. Le gel laisse aussi un goût et une odeur désagréable sur votre peau que bébé sentira, et s’il en reste encore  il en goûtera. Les muqueuses de sa bouche peuvent s’irriter également.

     Si vous êtes porteuse ou malade, je vous recommande, malgré l’inconfort, de vous mettre un masque de protection. Essayez de procéder ainsi: mettez votre masque en premier, puis lavez-vous les mains et le mamelon en dernier. Ne touchez pas votre masque le temps de l’allaitement.

Récemment une étude américaine sur 116 patientes a montré que l’allaitement pouvait se pratiquer en toute sécurité si la mère prenait les précautions d’hygiène que je vous ai mentionnées plus haut. Par ailleurs, durant cette étude, la plupart des bébés étaient dans la même chambre que la mère infectée et aucun cas de covid-19 ou de symptôme n’ont été diagnostiqués. Ce qui est très rassurant.

     Si vous êtes trop souffrante, mieux vaut alors tirer votre lait, non pour épargner bébé mais pour vous reposer. Les gestes sont les mêmes : vous mettez votre masque, vous vous lavez les mains, en dernier le mamelon, et vous tirez votre lait. N’oubliez pas de stériliser votre tire-lait après !

Est-ce que les bébés allaités sont protégés contre le coronavirus ?

Si je me réfère toujours à une autre étude américaine, les femmes qui ont été atteintes du covid-19 ont développé des anticorps. Ces anticorps passant dans le lait maternel, bébé est à priori protégé, le temps de l’allaitement.

Si vous n’avez pas été infectée par le virus, alors votre bébé ne peut avoir d’anticorps. Peu de cas covid-19 se sont déclarés chez les nourrissons, depuis le début de la pandémie. Il faut rester vigilant car le risque zéro n’existe pas, mais il ne faut pas s’inquiéter outre mesure.

Mon bébé peut-il me transmettre le virus ? Comment gérer l’école, la crèche, et le risque pour votre santé ?

Ces questions me semblent primordiales !

En effet faisant partie d’une population à risque, il est légitime de vous demander si votre enfant peut vous transmettre le virus. Vous êtes à la maison en congé maternité et bébé est avec vous. Le papa travaille, et vos autres enfants vont à l’école. Rien de plus normal que de vous poser des questions et avoir quelques angoisses.

Il est difficile de vous dire de garder vos distances avec votre famille, de porter un masque à longueur de journée. Ce que je fais, est assez simple. Je limite les contacts avec la population. J’éduque en répétant inlassablement à mon entourage les gestes barrières. Je n’embrasse personne, ni même mes enfants sur le visage ou les mains.

En ce qui vous concerne, n’oubliez pas de contrôler votre glycémie plus régulièrement, d’adapter votre thérapie et votre alimentation.

Pour conclure, je vous donne quelques chiffres réconfortants pour la santé de nos enfants. Voici le nombre d’enfants infectés par le virus en France et dans le monde.

En France, les données de surveillance montrent que les enfants sont moins touchés par la maladie Covid-19 et représentent moins de 1% des patients hospitalisés et des décès. Selon Santé Publique France, au 27 octobre dernier : 94 enfants âgés de 0 à 14 ans ont été hospitalisés pour Covid-19 dont 18 en réanimation(1% des cas totaux adulte-enfant). 3 décès d’enfants âgés de 0 à 14 ans ont été enregistrés lors d’une hospitalisation pour Covid-19, depuis le 1er mars. Un décès est survenu au cours de la semaine du 21 au 27 septembre.

Dans le monde, les cas les plus graves reportés sont:

Aux Etats-Unis avec l’annonce des premiers décès : un bébé de neuf mois mort du coronavirus, le 29 mars, puis d’un second âgé de six semaines, quelques jours plus tard.

Au Royaume-Uni, un enfant de 5 ans est décédé du Covid-19 le 4 avril.

En Italie, pays le plus endeuillé par l’épidémie de coronavirus, au 23 mars, 597 cas étaient des enfants et adolescents de moins de 18 ans (soit 1%). Le taux d’hospitalisation des enfants était à cette date de 11% (soit 17,5% chez les moins de 1 an et 7% chez les plus de 7 ans). Aucun enfant n’a eu recours aux soins intensifs, selon les données de l’Istituto Superiore della Sanità italien.

En Chine, pays d’où la pandémie est partie, la revue Pediatrics rapporte 2 143 cas d’enfants chinois, dont 125 cas graves mais seulement 18 critiques et 1 seul décès.

On peut donc  se rassurer mais il ne faut pas relâcher nos efforts et notre vigilance. Le virus est là et circule encore. Gardez en mémoire que ce virus est imprévisible. Personne ne peut savoir s’il va vous atteindre et dans quelle mesure. Personne ne peut prévoir quels seront les symptômes.

Alors vous pouvez vous détendre mais rester en alerte et respectez les gestes barrières.

Je suis à votre disposition pour tous vos doutes et vos questions. Le diabète même en cette période et avec un allaitement doit rester un moment de plaisir et de partage avec votre enfant.

Je suis là pour vous soutenir et vous aider dans votre démarche. Vous pouvez me poser vos questions par l’intermédiaire de mon mail : contact@diabetcontrol.com.

Portez-vous bien et soyez prudentes.

Dr Audrey Levy


Recettes pour diabétiques

Recettes pour diabétiques

Quand vous sortez de votre consultation de diabétologie, vous êtes déprimé ou satisfait. Satisfait si votre glycémie est parfaite. Le diabétologue content de votre suivi, et vous arrivez à suivre votre régime alimentaire sans trop de difficulté.

En revanche si vous en sortez insatisfait, c’est que rien ne va.

La base est l’alimentation , je ne le répèterai jamais assez !

Vous avez un choix absolument varié pour vous faire aider en matière de livres, de sites internet comme le mien, d’applications. Le personnel médical et paramédical, comme les nutritionnistes, sont là pour vous conseiller.

Et pourtant vous vous trouvez ici, encore à la recherche d’une solution.

Il est très difficile de changer ses habitudes alimentaires. Il est très difficile de se dire qu’on ne vivra plus comme avant. Pour y arriver il y a des étapes à franchir.

La première étape : accepter  la maladie et non la combattre.

Autant accepter d’emblée que vous êtes diabétiques car vous y opposer n’est ni constructif, ni une attitude gagnante. Bien au contraire, c’est une attitude perdante. Vous ne pouvez gagner contre cette maladie si vous la refusez. En revanche si vous vous mettez en tête d’en comprendre les mécanismes et pourquoi vous êtes devenus diabétiques alors vous êtes au début de la solution.

Je reconnais que je vous parle de prendre vos responsabilités. On ne tombe pas diabétique. On le devient à force de malnutrition, de manger trop de sucre et de surpoids. Je parle ici du diabète de type 2.

Le diabète de type 1, c’est une autre histoire. Il est transmis de génétique. c’est aussi une maladie auto-immune. La faute à pas de chance, malheureusement…

La deuxième étape : accepter de l’aide.

Je me pose énormément de questions tous les jours. Mon but est vraiment de vous aider à mieux gérer votre diabète. Je sais que vivre avec cette maladie n’est pas si handicapante ou contraignante. Et pourtant elle l’est pour vous.

Alors comment puis-je vous aider ?

Quelle serait la meilleure façon de vous aider ?

Dans ma pratique, j’ai remarqué qu’un changement brutal de vos habitudes alimentaires était contre-productif. La détermination, l’assiduité, le temps consacré à comprendre, tout cela est assez limité dans le temps. Dès que se présente une fête, un repas entre amis ou en famille, les bonnes résolutions s’oublient. Il faut aussi se l’avouer, qui veut vivre de façon pérenne dans la frustration ? Personne !

Je vous offre une solution: je vous propose de corriger vos recettes de cuisine.

La cuisine, c’est une question de culture, de tradition, d’habitude et d’innovation.

Le diabète, c’est une question d’équilibre et d’association.

Par ce biais, je vous propose de rectifier votre mode alimentaire de façon personnalisée.

Je vous invite à m’envoyer via mon mail contact@diabetcontrol.com vos recettes. Je vous expliquerai de façon pratique ce que vous avez à changer pour que vos glycémies restent dans le range de la normale.

Je réponds volontiers à vos questions sur ma page Facebook : diabetcontrol. D’autres l’ont déjà fait. Pourquoi pas vous ?

Mon but est de vous aider à gérer de façon durable votre diabète de la façon la plus sereine possible, et en limitant les frustrations.

Ce site a été créé pour vous. J’ai voulu répondre à la demande et aux interrogations de mes patients.. Je sais aussi que ce sont les vôtres.

Je me suis donnée pour mission de vous accompagner et vous guider dans la gestion de votre quotidien. C’est pourquoi diabetcontrol.com tient compte de vos envies et vos besoins.

 

Dr Audrey Levy.